Feel good or not feel good ?

Feel good

C’est la lecture d’un article de blog du petit monde de Loli qui m’a poussée à écrire aujourd’hui.

Loli, qui est aussi autrice, y explique pourquoi elle n’écrira jamais de feel good : parce que ces livres « qui font du bien », selon l’expression consacrée, proposent une vision partiale (sinon déformée) de la réalité.

D’ailleurs, elle propose carrément de les ranger du côté du fantastique. Ce qui me paraît tout de même un peu exagéré.

Cela dit, son article m’a poussée à m’interroger. Et m’a fait réagir. Ce qui est bien la preuve que c’est un bon article 😉

Je pense aussi que je n’écrirai jamais de feel good (mais peut-on dire jamais ?) et pourtant, je suis bien du genre à regarder la vie du bon côté et à m’émerveiller du verre à moitié plein. Alors, pourquoi est-ce que cela ne correspond pas à mon univers d’écriture ?

Je ne donne pas dans le noir ou le thriller, mais j’aime donner à mes livres de la consistance. De la profondeur. Traiter de sujets de société douloureux. Mettre le doigt là où ça fait mal. Sans oublier, pourtant, une touche positive.

Quand je publie un livre, j’espère faire passer un bon moment à mes lecteurs. Mais mon ambition est aussi de leur donner à réfléchir. C’est sans doute présomptueux, mais les retours de lecture, notamment sur ma dernière trilogie, me laissent penser que j’ai parfois atteint cet objectif.

Autant vous dire que mes prochaines publications seront dans la même veine 😉

Du feel good, j’en lis un peu. Par curiosité, souvent. Parce que je connais les auteurs ou simplement pour savoir de quoi il est question. Et puis, c’est un genre qui se vend bien et il est toujours intéressant d’essayer de comprendre pourquoi.

En l’occurrence, je pense que la plupart des gens ont justement du mal à voir tout ce qu’il y a de beau dans la vie. Alors, ces livres leur permettent d’ouvrir les yeux. De voir que cela existe.

Lire ce genre de livres, c’est comme se laisser aller à un bon massage : reposant et agréable. Tout cela de chez soi et sans dépenser une fortune ^^

Pour moi, en tant que lectrice, un feel good, c’est une sucrerie. Une friandise que je quitte avec le sourire. Mais qui ne suffit pas à assouvir mon appétit. Bref, une petite chose qui fait du bien, effectivement, surtout au moral en l’occurrence, mais qui ne me fait pas grandir et me laisse sur ma faim.

Parce que sans ombre, la lumière ne peut pas resplendir ? Sans doute. Ce sont les contrastes qui font la force d’un tableau.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

octobre 10, 2017

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.