Le Frisson de la liberté

Roman

Parution en 2016
Disponible en numérique (sur Kindle) et au format papier (via CreateSpace) – 256 pages

Acheter en numérique (2,99 €)

Acheter en papier (17,00 €)

Le Frisson de la liberté

Présentation :

Deux jeunes filles à l’orée du monde adulte à la fin des années soixante, alors qu’un certain mois de mai se profile à l’horizon. Deux amies d’enfance. Deux inséparables.
Leur relation va-t-elle résister à de nouvelles envies de liberté ? À de nouvelles responsabilités ? Aux bouleversements qui s’annoncent ?
En septembre 1967, Jacqueline et Maryvonne s’installent dans la chambre qu’elles vont partager dans une pension de famille de Montpellier. La première va étudier à l’université, la seconde démarre une carrière d’institutrice dans le privé. Toutes les deux sont pleines d’enthousiasme, mais que leur réserve vraiment cette nouvelle vie qui commence ?

Récit d’une année initiatique pour les deux jeunes filles, ce livre qui dresse un tableau de la société française de la fin des années soixante est aussi un appel à la réflexion sur la condition féminine.

 

Un petit extrait (mais vous pouvez aussi télécharger celui proposé par Amazon) :

Plus tard, dans la cour de récréation, Maryvonne avait dû intervenir pour séparer deux fillettes qui se battaient comme deux chattes en colère, à coups de griffures et de touffes de cheveux arrachées. Elle-même n’avait pas été épargnée au passage.

« Mais enfin, qu’est-ce qui vous a pris ! avait-elle demandé aux fillettes lorsque celles-ci avaient enfin retrouvé leur calme.

— Elle a insulté ma mère ! avait hurlé l’une.

— Non ! s’était défendue l’autre. J’ai dit la vérité : c’est une féministe ! »

C’est à peine si Maryvonne en avait cru ses oreilles. Ses élèves, qui n’avaient pas huit ans, reprenaient à leur compte les combats des adultes. Avaient-elles seulement la moindre idée de ce que le mot féministe voulait dire ?

« Certainement pas, avait concédé Josiane. Elles ont juste saisi ce que ce mot évoquait chez leurs parents. Enfin, plus vraisemblablement chez leur père ! Une femme ne peut pas se sentir insultée quand on lui dit qu’elle est féministe…

— Que tu crois ! s’était moquée Christina, l’institutrice des grandes de cours moyen première année. Toi, évidemment, tu considères que c’est un compliment… Mais crois-moi, ce n’est pas le cas de tout le monde : ma mère s’étoufferait de honte si on lui disait que je suis féministe ! »

Premier commentaire sur Amazon :

« Même si encore de par le monde, les femmes n’ont pas la place qui devrait être la leur, il est difficile d’imaginer qu’il y a seulement une cinquantaine d’années, en France, elles n’étaient guère mieux loties, quel que soit leur statut social. De plus je crois que plus ce statut social était élevé, plus ces jeunes femmes devaient en répondre et faire ce que l’on attendait d’elles. Et puis mai 68 est passé par là… Mais qu’en reste-il vraiment ?
À travers le destin de Maryvonne et de Jacqueline, l’auteur nous dépeint très justement cette période, et nous permet de nous questionner et de réfléchir. C’est plus qu’un roman. »

Emérance Auvergne – Top 500 commentateur

Acheter en numérique (2,99 €)

Acheter en papier (17,00 €)