Lire, lire, lire… pour écrire !

S’il y a un sujet de réflexion qui revient souvent dans la blogosphère littéraire, c’est bien celui-ci : peut-on écrire sans lire ? Comment faut-il lire lorsque l’on veut écrire ? Y a-t-il vraiment une façon particulière de lire pour écrire ? Etc.

lecture

Le fait est que l’amour des mots se conjugue souvent sur deux temps : celui de la dégustation (la lecture) et celui de la production (l’écriture). Je ne fais pas exception à la règle : je lis beaucoup. De plus en plus.

Je lis d’autant plus que maintenant que je me consacre à plein temps à l’écriture, les quelques rares scrupules qui me retenaient de me jeter sur (ou plutôt dans) un livre se sont envolés : je ne « perds » pas du temps à lire… je suis en formation continue 🙂

Ne vous laissez pas influencer par le smiley : tout ceci est très sérieux.

L’écriture, cela s’apprend. Je sais, il y a des gens qui disent le contraire et ne jurent que par le talent et l’inspiration. À mon avis, c’est une excuse qu’ils se donnent pour ne pas essayer.

Bien sûr, certaines personnes ont plus de facilités que d’autres pour écrire. Comme d’autres pour courir ou cuisiner (deux domaines dans lesquels, mes proches pourront vous le dire, j’ai longtemps été proche du zéro absolu). Mais les autres, si elles veulent bien s’en donner la peine, peuvent y arriver.

Tout cela pour dire que pour savoir écrire, il faut donc… écrire. S’autoriser à le faire. Et, comme les formations dans ce domaine ne sont pas courantes (et surtout qu’il est nécessaire de travailler sans cesse), il faut aussi lire.

Lire les autres. Ceux qui écrivent mieux que vous. Ceux qui vendent plus. Ceux dont les œuvres vous impressionnent ou vous touchent. Remarquez que ce ne sont pas forcément les mêmes…

Et puis notez. Notez ce qui vous a plu. Pourquoi tel texte vous a ému. Comment tel autre est construit. Ce qui fait que les dialogues d’un troisième sonnent tellement juste. Comme on dit : prenez-en de la graine !

Les graines, c’est bien connu, germent, poussent, et se transforment en belles plantes 🙂

La preuve ? Je cuisine tous les jours, n’ai jamais empoisonné personne… et il arrive même qu’on me félicite !

Idem pour la course à pied : il y a un an tout juste, après avoir juré pendant trente ans qu’on ne me verrait jamais pratiquer ce genre d’activité, j’ai décidé de m’y mettre. Au bout de cinq minutes, je devais m’arrêter essoufflée. Et puis dimanche dernier, j’ai participé à ma première course sur 10 km et ai passé la ligne d’arrivée au bout de 59 min 18 s.

Alors, quand est-ce que vous vous mettez à écrire ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

avril 28, 2016

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.