Du rififi chez les blogueurs littéraires

Blog littéraire

Les blogueurs littéraires (qui sont le plus souvent des blogueuses !), ce sont des gens qui publient sur leur blog des chroniques de lecture. Ce sont donc des gens qui lisent beaucoup, souvent VRAIMENT beaucoup, et pendant leur temps libre. Qui, comme pour nous tous, n’est pas extensible à l’infini.

Bref, ce sont des gens importants pour les auteurs. Parce qu’une chronique, qu’elle soit bonne ou mauvaise d’ailleurs (mais une bonne est toujours plus flatteuse pour l’ego ^^) fait parler du livre.

Il est beau, mon SP, il est beau !

Comme toujours avec Internet, les choses se sont vite emballées.

Les auteurs et les éditeurs ont commencé à proposer des SP (services presse ; autrement dit : des livres gratuits) aux blogueurs. En échange d’une chronique. C’était du gagnant-gagnant, comme on dit aujourd’hui.

Les auteurs avaient des avis à partager (sur les réseaux sociaux, sur leur site…) et les blogueurs de la lecture gratuite. Tout le monde était content 🙂

Mais (car forcément, il y a un mais) il y a toujours des profiteurs / indélicats / aigris. Ne rayez aucune mention, elles sont toutes utiles ! Et il y en a des deux côtés.

Des gens qui ont ouvert un blog et publié quelques chroniques pour se faire une vitrine… juste pour obtenir ensuite des livres gratuits. Des auteurs qui se sont mis à envoyer leurs livres gratuitement (en numérique : ça ne coûte rien) sans prévenir pour réclamer ensuite une chronique dans les deux semaines. D’autres qui se sont énervés parce que le contenu de la chronique, une fois publiée, ne leur convenait pas…

Et si on redescendait sur Terre ?

Il y a eu pas mal de conflits entre blogueurs et auteurs. Et puis les choses se sont un peu calmées. Aujourd’hui, manifestement, c’est la fatigue qui prend le dessus. Des deux côtés, encore une fois !

Des blogueurs jettent l’éponge. Parce qu’ils ont l’impression (pas toujours erronée) de se faire utiliser. Parce qu’ils n’ont pas le temps de lire tous les SP qu’ils reçoivent. Parce que tenir leur blog est devenu une contrainte insupportable.

Des auteurs aussi jettent l’éponge. Parce qu’un SP papier coûte cher. Parce qu’une chronique de trois lignes qui paraît un an après l’envoi du livre, oui, c’est du foutage de gueule. Parce que des blogs disparaissent et que des blogueurs ne répondent plus une fois qu’ils ont reçu le SP.

Bref, il est temps de redevenir raisonnable 🙂

Pour les blogueurs : attention à ne pas accepter trop de SP. Il faut garder le plaisir de la lecture ! Personnellement, je ne pourrais pas m’imposer quoi que ce soit dans ce domaine.

Pour les auteurs : attention à ne pas envoyer trop de SP. Il faut cibler les destinataires et construire une relation avec eux.

Moyennant quoi, nous ferons tous de très belles rencontres.

Personnellement, aujourd’hui, je propose des SP numériques sur SimPlement et suis toujours ravie d’accepter une demande de chronique. Mais je ne vais plus frapper à la porte des blogueurs. Cela dit, j’ai quelques blogueuses fétiches (elles se reconnaîtront ^^) auxquelles j’envoie désormais systématiquement tous mes nouveaux livres en papier 🙂

  • Merci, Flo, pour ce résumé. En effet, il y a, des deux côtés, de très belles personnes et des personnes moins scupuleuses. Mais les rapports entre blog’litt et auteurs autoédités ont tout de même évolué très positivement en peu de temps ; on peut s’en rendre compte en comparant la situation actuelle aux débats d’il y a un an et demi, à propos desquels j’avais écrit cet article :
    http://www.blog-elenbrigkoridwen-elieapocalypse.fr/2016/01/blogueurs-auteurs-du-rififi-chez-les.html
    Amitiés,
    Elen

    • Bonjour Elen,

      En effet, les choses se sont apaisées. Aujourd’hui, il est plus question de lassitude que de colère. Globalement, tout cela va quand même dans le bon sens !
      Et c’est drôle : sans le vouloir, j’ai presque repris le titre de ton article. On est bien dans une continuité 😉

      Florence

  • Merci pour cet article qui résume bien l’état actuel des relations auteurs / blogueurs. J’ai pu vivre certaines situations décrites en tant qu’autrice (disparition des blogs ou des blogueurs après envois de SP réclamés par les blogueurs eux-mêmes, entre autres).
    En revanche, je suis choquée de découvrir des pratiques chez certains auteurs, comme envoyer leurs livres numériques en force, sans prévenir, juste en se servant des liens de contacts du blog. Je dois vivre vraiment dans le pays des Bisounours, parce que je tombe des nues en lisant cela à travers l’article. Tout comme exiger un délai. Pour moi c’est incompréhensible. La lecture doit rester un plaisir et la relation auteur / blogueur doit se baser sur le principe d’un échange et du volontariat.
    Je suis également toujours perturbée de voir certains auteurs reprocher aux blogueurs la qualité, la longueur, le fond ou la forme de leurs chroniques. Les blogueurs sont des passionnés. Il en existe de tous âges, issus de tous les milieux sociaux, de toutes les professions. Je ne comprendrai jamais que l’on puisse exiger d’eux quelque chose de professionnel. Ils sont blogueurs, pas journalistes. Et quand bien même ils seraient journalistes, ils publient sur leur blog et pas dans la tribune de leur journal !
    Certains développent des arguments très pertinents, ont une tenue très journalistique, et d’autres expriment simplement leur ressenti, partagent leur lectures, leurs coups de cœur, leurs déceptions. C’est leur droit le plus strict. Et je trouve aussi malvenu de fustiger un blogueur parce qu’il exprime un avis négatif. Je comprends que l’auteur soit blessé (je suis autrice, je le serai), mais c’est là aussi le droit du blogueur. Si on ne veut pas se frotter à la critique, mieux vaut ne pas publier. Parce qu’on ne fera jamais l’unanimité et tant mieux, c’est aussi ça qui fait la richesse du lectorat et de la littérature. Si tout le monde aimait les mêmes choses, on s’ennuierait.
    Heureusement, on fait de très belles rencontres. J’en ai faites et j’espère en faire encore.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CommentLuv badge

    Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.