Travail, passion, métier

Il y a quelque temps, Thibault Delavaud a publié un article intitulé Pourquoi être auteur n’est pas un métier. Je n’étais pas d’accord avec tout (notamment avec le titre) mais je vous recommande tout de même de suivre son blog (et pas seulement parce qu’il m’y a interviewée une semaine après l’article en question ^^).
Discussions

Cet article m’a un peu titillée, mais pas suffisamment pour me faire réagir… Et puis, Nathalie Bagadey est passée à l’action à son tour avec le premier article d’une série de quatre intitulé Écrire : un travail, une passion ou un métier ?

En parallèle de tout cela, il y a les éternelles discussions sur les différences entre écrivain et auteur.

Comme toujours, les dictionnaires ont beau essayer de donner la définition la plus précise possible, chacun a son propre ressenti et met ses propres images derrière les mots.

Métier ou pas ?

Pour répondre à Thibault, je dirais qu’auteur n’est pas forcément un métier. Ce sont ces deux mots : pas forcément, qui font toute la différence.

On peut être auteur (dans le cas de l’écriture, celui qui a écrit) par accident, par hasard, une fois dans sa vie, ou chaque jour parce qu’on écrit tous les jours. Même dans ce dernier cas, cela n’en fait pas forcément un métier. Mais cela peut le devenir.

Je dirais par contre qu’être auteur peut être un métier. Une activité que l’on pratique de façon professionnelle et qui permet de gagner sa vie (même si je n’aime pas du tout cette expression). Et c’est là que je rejoins Thibault : « Vivre de sa plume est un accomplissement ».

Et moi dans tout ça ?

Pour répondre cette fois à Nathalie, je dirais que l’écriture peut être (est souvent) à la fois un travail, une passion et un métier.

En ce qui me concerne, l’écriture (en plus d’être mon meilleur moyen d’expression) a toujours été une passion. Je l’ai beaucoup travaillée et la travaille encore. Pas seulement parce que je la pratique (il ne se passe pas un seul jour sans que mes doigts courent sur le clavier) mais aussi parce que je suis des formations et que je me lance de nouveaux défis.

Enfin, l’écriture est devenue mon métier. De manière indirecte d’abord, lorsque je me suis installée comme écrivain public biographe. C’est donc en écrivant pour les autres que je suis devenue aux yeux de tous une professionnelle de l’écriture.

C’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé à gagner de l’argent grâce à cette activité. Cela a sans doute contribué à casser certaines résistances internes 🙂

Depuis, j’ai publié ma trilogie du Chat du jeu de quilles, qui a su convaincre près de 6 500 lecteurs. Alors, aujourd’hui, quel est mon métier ? Quelle est, pour reprendre les quatre caractéristiques évoquées par Nathalie dans son article, l’activité que j’exerce comme professionnelle, en vue d’une rémunération, depuis plusieurs années, avec un certain degré de maîtrise ? L’écriture.

Mais auteur ou écrivain ?

Entre mes propres écrits et les biographies réalisées pour mes clients, le nombre de livres que j’ai rédigés de A à Z tourne aujourd’hui autour de 40. Je me suis donc assez vite sentie auteur : même si mon nom n’apparaissait pas toujours sur la couverture, c’était bien moi la responsable de tous ces documents.

De là à me sentir écrivain, il y a un pas qu’il m’est toujours difficile de franchir. Pour moi, un écrivain n’est pas seulement celui qui écrit, mais celui dont les livres rencontrent suffisamment de lecteurs pour qu’il n’ait plus l’obligation de faire autre chose pour financer son quotidien.

Ce n’est pas (encore) tout à fait mon cas, mais j’y… travaille ! Avec passion 🙂

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

février 28, 2016

  • Eh bien, je suis bien contente qu’on soit plusieurs à dire que si, écrire peut être un métier.
    Même si je suis toute débutante par rappor à tout ce que tu as déjà publié. 😉
    Écrire n’est pas encore mon métier, je n’ai pas assez de revenus de mes livres pour y prétendre, mais ce qui est nouveau c’est que je veux tout faire pour y arriver. Et avec de beaux exemples comme toi en face, j’y crois. 🙂

    • Avec Thibault, vous m’avez poussée à la réflexion… et à formaliser des ressentis. C’est tout aussi important… et motivant 🙂
      Bref, merci à toi pour ton article et au plaisir de lire la suite 😉

  • j’ai lu l’article de Thibault dont je ne suis pas d’accord, le tien est plus nuancé, moi je me dis écrivaine car j’écris depuis petite mais je n’ai pas publié mes écrits encore et j’écris par plaisir et pour moi et donc je ne suis pas encore “auteure”, les auteurs publiés ont le statut de “artiste-auteur” et les auto-édités ont ce statut et publient leurs livres par eux-même, je ne suis pas encore ni l’un ni l’autre, j’ai comme projet futur d’auto-éditer mes écrits plus tard. Mais être “auteur(e)” c’est comme tu dis un passion, un travail et un métier qui permet de gagner de l’argent sur sa passion mais ce métier est très mal considéré par les gens et par l’état en plus que le statut de “artiste-auteur” est très mal conçue fiscalement, ne les protègent pas assez, ils ne touchent pas le chômage mais ils vont avoir une hausse de la CSG et des cotisations sociales etc et les gens ne considèrent pas les auteurs comme un métier et travail car ils pensent que c’est juste un passe-temps et pas un travail 🙁 alors que si c’est un travail, c’est un travail atypique pas comme le travail salarié mais c’est quand même un travail tout comme être artiste c’est un métier et un travail, comme être acteur-actrice c’est aussi une passion, un travail et un métier, ces métiers artistiques sont atypiques mais sont du travail sur une passion! Trop de gens considèrent que comme c’est une passion il n’y a pas besoin de gagner de l’argent dessus hein LOL, que c’est juste un passe-temps etc LOL! Mais au contraire c’est super de pouvoir vivre de sa passion comme travail et les gens sont souvent jaloux et aigris car ils font un travail qu’ils n’aiment pas et n’ont pas osé réaliser leurs rêves et vivre de leur passion ou ont eu peur du risque de tenter ça etc

    • Bonjour Julie,

      C’est vrai que personne ne se pose la question de savoir si acteur.rice, c’est un métier. Bien sûr que c’en est un ! Alors pourquoi est-ce que c’est si compliqué à envisager pour auteur.rice, peintre, sculpteur.rice…
      Le statut fiscal et tout le côté administratif, c’est encore autre chose, mais tout est lié, évidemment.
      En tout cas, je ne peux que t’encourager à t’autoéditer : c’est une expérience géniale et le meilleur moyen aujourd’hui de rencontrer ses lecteurs 🙂

      Florence

      • C’est clair dont certains pensent encore que être auteur et autrice c’est un passe-temps et pas un métier 🙁 et pourtant ces job artistiques même si basé sur l’incertitude de savoir si le prochain livre va marcher, si en tant qu’acteur et actrice on va être repérer, si en tant que peintre dessinateur etc on va trouver son public ou pas tous ces jobs artistiques sont bien des métiers mais ils ne sont pas valorisés par l’état en les considérant comme des “passe-temps” alors que c’est un travail, une passion et un métier en plus qu’on fait rêver des personnes qu’ils veulent comme nous etc même si je connais l’envers du décor fiscal et que l’envers ne fait pas rêver

        • Et puis on a tous plus ou moins besoin d’art dans notre vie pour se sentir bien. En fait, les artistes devraient être payés par la Sécurité sociale 🙂

  • Et même si pas beaucoup d’auteurs arrivent à être auteur à temps plein et vivre pleinement de leur plume, il y en a qui y arrivent quand même ^^ mon modèle et autrice préféré est Samantha Bailly qui vit de sa plume, ne fait pas un autre job à côté et a choisi de vivre pleinement que ça alors qu’elle est jeune, elle vit de sa plume depuis ses 24 ans à peu près ^^ mais pour ça, elle a publié beaucoup, elle est aussi scénariste de jeux vidéos et du film adapté de son livre

    • Bonjour Julie,

      Samantha Bailly est un bel exemple, en effet, et sa chaîne Youtube est très intéressante. Une autre autrice qui vit de sa plume depuis très jeune, c’est Audrey Alwett. Elle fait notamment de la bande dessinée. Et c’est grâce à elle que je me présente désormais comme autrice 🙂

      Florence

      • Ok ^^ je la connais aussi Audrey alwett surtout par sa BD “princesse sara” dont j’ai connu le dessin animé et j’ai lu la BD j’en suis au tome 10, elle est la scénariste dessus et je l’ai connu sur une autre BD dont elle est la scénariste et dont j’ai connu en faisant des recherches sur une dessinatrice de BD que j’aime beaucoup aussi: Aurore

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    dix-neuf − 8 =