Raisons obscures

Raisons obscures

 

Depuis Fidèle au poste, en 2015, je n’ai raté aucun roman d’Amélie Antoine. Il était donc normal que Raisons obscures rejoigne ma bibliothèque. Et comme tous les autres, je l’ai avalé en moins de 24 h.

Pourtant, le sujet n’est pas facile. Mais un livre d’Amélie Antoine, c’est toujours corsé comme un expresso italien. Noir et amer. Une saveur que l’on conserve dans la gorge.

En voici la quatrième :

Deux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire. Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres.
Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier amour. Chez les Mariani, le père est mis à l’écart dans son entreprise.
Deux familles où règnent les secrets. Où, sans que personne ne s’en aperçoive, un enfant est progressivement démoli par un autre. Harcelé, rabaissé, moqué au quotidien. Détruit dans le silence et l’aveuglement le plus complet.
Deux familles où, en apparence, tout va bien. Jusqu’à ce que tout déraille… Pour des raisons obscures.
Un roman sur les non-dits, les faux-semblants, et ce regard que, parfois, l’on ne sait plus toujours porter autour de soi.
Une chronique implacable sur le harcèlement, le silence des victimes, la cécité des proches, servie par une écriture puissante et cinématographique.

Je ne vais pas en dévoiler plus ; la quatrième dit déjà beaucoup de choses. Sachez juste que l’histoire se déroule sur une année scolaire et qu’encore une fois, Amélie Antoine utilise une structure narrative originale, qui permet de mettre en relief la façon dont deux mondes se côtoient sans se comprendre.

Les personnages sont réalistes à souhait. Dépeints avec une acuité et une précision qui sont un peu la marque de fabrique de l’autrice. Chacun avec ses failles et sa noirceur.

On sait dès le départ que le dénouement sera tragique. On ne sait juste pas pour qui ni comment. C’est aussi ce qui fait qu’on ne peut s’empêcher de tourner les pages jusqu’à la conclusion.

Un dernier chapitre que j’ai personnellement lu plusieurs fois, à quelques heures d’intervalle, pour pouvoir en apprécier toute l’intensité.

Bref, une lecture que je vous recommande et après laquelle vous regarderez forcément vos enfants avec plus d’intensité si vous en avez en âge d’être concernés par le harcèlement scolaire.

Cet article vous a plu ? Partagez-le ! Vous avez lu Raisons obscures ? Donnez votre avis !

  • Florence,
    J’ai été subjuguée par ce livre, découvert « par hasard » en librairie : je ne connaissais pas encore cette écrivaine mais je ne regrette absolument pas mon choix : bien que très sensibilisée au problème du harcèlement psychologique et donc assez documentée sur le sujet via mes lectures, j’ai appris beaucoup dans ce roman passionnant, bouleversant….notamment l’analyse percutante du lien toxique qui « unit » la victime et son bourreau, ce qui explique les répétitions du schéma…

    • Bonjour Françoise,

      Je ne peux que te conseiller aussi les autres livres d’Amélie Antoine. Ils sont toujours merveilleusement bien ficelés. À noter, particulièrement, le double récit qu’elle a écrit avec Solène Bakowski : Avec elle / Sans elle. Un même point de départ, deux histoires différentes. C’est toujours noir. Et extrêmement bien fait 🙂

      Florence

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CommentLuv badge

    Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.