Au secours : un titre me poursuit !

 

Je suis poursuivie !
La première chose qu’un lecteur voit d’un livre, c’est sa couverture. Et sur cette couverture, ce qu’il regardera vraisemblablement en premier, c’est son titre. Autant dire que ces quelques mots ont une influence majeure sur la suite des événements !

Le lecteur (dans le cas d’un livre papier) va-t-il prendre le livre dans ses mains, le retourner pour lire le texte de quatrième de couverture, le feuilleter ? Va-t-il (s’il s’agit d’un livre numérique) lire sa présentation, chercher un extrait gratuit pour se faire une idée ?

Tout cela dépend de ce que la couverture (et donc, entre autre, le titre) aura suscité chez lui.

En cherchant un peu sur le net, on trouve tout un tas de choses sur le titre idéal. Sa longueur : pas plus de sept mots, vous dit-on en général. Trois ou quatre, ce serait mieux. Son contenu : il faut qu’il soit percutant. Mais il faut aussi faire preuve d’originalité et trouver un titre qui ne soit pas déjà utilisé. Cela fait beaucoup de conditions à remplir et de critères à respecter…

Vous savez déjà que dans mon prochain livre il y a un chat. Il y sera aussi question d’un sport typiquement aveyronnais : les quilles de huit. Et puis il y aura deux journalistes. Et un meurtre à élucider. Et l’histoire complète devrait être constituée de trois tomes.

Alors, quel sera donc le titre de cette trilogie ?

Comme je ne dépends pas d’un éditeur, je vais le choisir moi-même, comme je l’ai fait pour mes précédents livres. C’est un risque, mais c’est aussi une grande satisfaction. Parce que ce titre me correspondra vraiment. Et que j’aurai toute la motivation nécessaire pour le défendre.

Je l’aurais aimé vraiment court : trois mots maximum. Mais je n’ai aimé aucun de ceux que j’ai imaginés dans ce format. Et puis il y en a un, auquel j’ai pensé pratiquement dès le début de l’écriture, que j’ai essayé d’ignorer parce que je le trouvais trop long… et qui n’arrête pas de me poursuivre.

Il y a bien une raison, non, pour que mon subconscient me le rappelle avec une telle assiduité ? Du coup, je crois bien qu’il va finir par apparaître sur la couverture…

Couverture dont j’ai décidé de confier la réalisation à un professionnel. Mais c’est une autre histoire !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

    • Bonjour Marjolaine,

      Bienvenue sur mon blog et merci pour ce premier commentaire. J’espère que mes articles continueront à te plaire 🙂

      Florence

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CommentLuv badge

    Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.