Devenir ce que l’on est

À l'intérieur de soi
Vous l’avez certainement remarqué : l’une de mes catégories d’articles s’intitule Être auteur. Pourquoi, me direz-vous ? Parce que ce n’est pas une évidence. Parce qu’être soi-même est le défi essentiel que nous avons tous à relever au cours de notre vie et que cela mérite réflexion.

C’est tout le sujet du développement personnel !

Le site Internet du même nom organise chaque mois un événement intitulé À la croisée des blogs. Le principe en est simple : un blogueur choisit un thème, un sujet de réflexion, et chaque participant est appelé à publier sa contribution sous la forme d’un article dans son propre blog.

Ce mois-ci, c’est Cédric, du blog Techniques de méditation, qui s’y colle. Avec un thème aussi simple que large : être. Un thème qui ne pouvait que m’inspirer !

Je le disais dans l’un des tout premiers articles de ce blog : même si j’écris depuis que je sais tenir un stylo, il m’a fallu du temps pour me sentir (pour « être ») auteur. Beaucoup de temps. Une quarantaine d’années.

Sans doute parce que, comme l’écrit Rick Hanson dans Le cerveau de Bouddha : « Paradoxalement, il faut du temps pour devenir ce que l’on est déjà. »

Ce que l’on est (ou ce que l’on naît) est là de toute éternité, au fond de soi. Mais comme la pierre précieuse doit être libérée de sa gangue de terre ou de roche pour briller de tous ses feux, notre « être » doit être débarrassé de tout ce qui l’entoure et l’entrave pour révéler sa vraie substance.

Nous grandissons dans un cadre qui nous est imposé par la date et le lieu de notre naissance. Nous évoluons dans un environnement qui nous modèle, que nous le voulions ou non, et subissons toutes sortes d’influences.

Alors pour se trouver, pour se prouver, pour être soi, il faut du temps. Certains n’y arrivent jamais vraiment, tellement le poids des traditions ou du regard des autres sur eux est paralysant. D’autres sont plus rapides. Ou précoces.

Dans tous les cas, il en faut des essais ratés, des nuits de doute et de solitude, des années d’attente ou d’infortune, pour finir un jour par savoir, par être sûr que l’on est ce que l’on devait être de toute éternité.

Pour moi, désormais, c’est clair. Je suis auteur.

Je ne suis pas que cela, mais je suis surtout cela. C’est ce qui me définit le mieux aujourd’hui : la phrase sonne comme une évidence. Je me suis épluchée, débarrassée des couches inutiles de ma personne. Je me suis ancrée dans mon univers. Solidement.

Pour cela, j’ai forcément abandonné certaines choses, incompatibles avec ce que je me sentais devoir être. Mis de la distance entre certaines personnes et moi. Je me suis forcément aussi mise en marge d’un monde qui ne me correspondait pas.

Bref, j’ai pris des décisions.

Être soi, ce n’est donc pas seulement un état naturel, c’est aussi (et peut-être surtout) le fruit d’actions volontaires.

On n’est vraiment que si on le décide !

Ce n’est pas suffisant, mais c’est nécessaire, pour ne pas dire indispensable. Alors, qu’allez-vous décider aujourd’hui ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

octobre 15, 2013

Étiquettes : , ,
  • Salut Flo,

    Touché en plein coeur. Devenir ce que je suis, c’est mon chemin. J’avance, je médite, je sais que j’ai une mission à accomplir, mais laquelle, et sous quelle forme la mettre en oeuvre. J’ai des pistes mais… « que vais-je décider aujourd’hui? »… Il en faut du courage pour devenir soi-même !

    Mille mercis
    Serge

    • Bonjour Serge,

      Ravie de te voir ici 🙂 Je pense qu’il y aura des choses qui pourront t’intéresser !
      Du courage, de la sagesse, de l’inconscience, un grain de folie… Je ne sais pas ce qu’il faut, mais quand on « sait », on y va. Et c’est tellement bon 🙂
      Avec grand plaisir !

      Florence

  • Répondre à Auteur Annuler la réponse.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CommentLuv badge

    Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.